Championnat du Monde : la France 2e avec Bardet

 

Pour la première fois de sa carrière, et après 6 places sur le podium, Alejandro Valverde est devenu champion du monde sur route à Innsbruck. L’Espagnol a réglé au sprint un groupe de 4 coureurs et remporte la course devant Romain Bardet. Le Canadien Michael Woods prend la médaille de bronze, alors que Tom Dumoulin échoue au pied du podium. L’équipe de France a réalisé une très belle course, et c’est elle qui a créé l’ultime sélection dans le mur final. Parfaitement emmené par Thibaut Pinot et Bardet, Julian Alaphilippe a alors coincé, laissant Bardet défendre les couleurs tricolores dans le final. Ce dernier a tout tenté mais n’a pu que s’incliner face à la vitesse de Valverde. Alaphilippe et Pinot ont pour leur part terminé 8e et 9e.

Peu après le départ réel, une échappée de 11 coureurs prend forme : Kasper Asgreen (Danemark), Robert Britton (Canada), Tobias Ludvigsson (Suède), Vegard Stake Laengen (Norvège), Ryan Mullen, Conor Dunne (Irlande), Danil Fominykh (Kazakhstan), Karel Hnik (République Tchèque), Laurent Didier (Luxembourg), Jacques Janse van Rensburg (Afrique du Sud) et Ilia Koshevoy (Biélorussie). Le peloton laisse complètement filer et l’avance des hommes de tête va quasiment atteindre les 20 minutes, avant que les nations favorites comme la France ou la Grende-Bretagne ne commencent à hausser légèrement le rythme.

Les choses sérieuses débutent à 100km de l’arrivée environ. Le rythme du peloton s’est accéléré, et plusieurs coureurs sont distancés, comme Alexandre Geniez et Anthony Roux côté français, et le tenant du titre Peter Sagan, qui ne sera pas sacré une quatrième fois d’affilée. La France perd également Warren Barguil, victime d’une chute et contraint à l’abandon. Devant, l’échappée accélère aussi et perd quelques éléments. A 65km de l’arrivée, ils ne sont plus que quatre à l’avant : Britton, Asgreen, Laengen et Janse van Rensburg. Ils possèdent environ 5 minutes d’avance sur un peloton réduit à 80 unités, notamment à cause de plusieurs attaques de la part des Italiens dans la 5e ascension de la côte d’Igls. Dans la descente qui suit, Primoz Roglic est victime d’une chute avec Miguel Angel Lopez. Le Colombien est irrémédiablement distancé, mais le Slovène parvient à revenir au sein du peloton grâce à l’aide de ses équipiers après une longue chasse.

Greg Van Avermaet profite d’une légère temporisation du peloton pour placer une attaque. Le Belge est suivi par Omar Fraile et Damiano Caruso, et ce trio prend une vingtaine de secondes d’avance sur le peloton emmené depuis un petit moment par Tao Geoghegan Hart. Ce dernier s’écarte au pied de la nouvelle ascension de la côte d’Igls, et les attaques fusent. Le groupe Van Avermaet est repris, et des favoris sont distancés comme Dan Martin, Simon Yates, Michal Kwiatkowski et Wout Poels. L’Italie continue ses offensives avec De Marchi et Brambilla, et si aucun groupe ne parvient à sortir, ces multiples offensives font des dégâts dans le peloton. A 35km de l’arrivée, il ne reste plus que Laengen et Asgreen en tête avec 2’30 » sur le groupe des favoris, où les Français sont toujours bien représentés.

A l’approche de la dernière ascension de la côte d’Igls, toute l’équipe d’Italie se met en tête de peloton et accélère le rythme. Mais une attaque de Steven Kruijswijk fait mal à tout le monde, et de nouveaux coureurs sont distancés, comme Tim Wellens, Sergio Henao et surtout Vincenzo Nibali. Les Néerlandais accélèrent encore en tête de peloton, et les échappés sont repris peu avant le sommet. Michael Valgren place alors une attaque franche et sort seul. Il est pris en chasse par un groupe de 6 coureurs, dont Gianni Moscon et Thibaut Pinot, mais ils sont repris dans la descente. Valgren parvient quant à lui à creuser l’écart et aborde l’ultime mur avec 30 secondes d’avance sur le peloton des favoris emmené par l’équipe de France.

Dès le pied, Pinot se place en tête avec Bardet et Alaphilippe dans la roue, et le peloton explose ! Seuls Valverde, Moscon et Woods parviennent à suivre le trio français. Valgren est avalé au moment ou Pinot se gare, mais Alaphilippe lâche prise aussi quand Bardet prend le relai. Moscon bute à son tour dans les passages à 28% et on retrouve trois hommes en tête au sommet, à 9km de l’arrivée : Alejandro Valverde, Michael Woods et Romain Bardet. Derrière eux, Tom Dumoulin, tout en gestion, a dépassé Moscon, alors qu’Alaphilippe a complètement explosé et est très loin.

Tom Dumoulin fait une belle descente et revient sur les hommes de tête à moins de 2km de l’arrivée. Valverde emmène tout le dernier kilomètre, avec Woods, Bardet et Dumoulin dans sa roue. L’Espagnol lance le sprint de loin, Bardet semble un temps remonté l’Espagnol, mais ce dernier conserve une longueur d’avance sur le Français pour remporter son premier titre de champion du monde. Michael Woods complète le podium, alors que Julian Alaphilippe et Thibaut Pinot terminent respectivement 8e et 9e.

Texte : www.cyclismactu.net – Photo : twitter.com/FFCyclisme/

Classement :

  • 1 VALVERDE Alejandro ESP 6:46:41 +0
  • 2 BARDET Romain FRA m.t.
  • 3 WOODS Michael CAN m.t.
  • 8 ALAPHILIPPE Julian FRA +43
  • 9 PINOT Thibaut FRA +43
  • 31 MOLARD Rudy FRA +2:42
  • 58 GALLOPIN Tony FRA +13:05
  • ROUX Anthony FRA DNF
  • GENIEZ Alexandre FRA DNF
  • BARGUIL Warren FRA DNF